Les monuments de Saint-Pée

L’église

L’Église de Saint-Pée-Sur-Nivelle fut construite entre le XVème et le XVIème siècle. L’évolution du savoir faire Basque dans l’architecture navale a du encourager l’évêque de Bayonne, en 1577, à décider de l’agrandir et d’y ajouter des galeries en bois.

L’église fut brûlée et pillée au XVIème siècle par les Espagnols puis pillée pendant la Révolution Française.

Elle mesure 30 mètres de long, 15 mètre de large et 15 mètres de haut. Elle fut restaurée à plusieurs reprises et son réaménagement les plus récent a été réalisé en 1979.

La retable de l’église a été inscrite aux monuments historiques en 1918, l’église en 2014.

Le texte ci-dessus a été inspiré de ce site.


Le pont d’Utsalea (pont romain)

Ce pont a été construit en 1738, selon la croyance populaire il est connu comme un lieu de résidence des laminak, des être fantastiques présents dans beaucoup de légendes basques.

Source des photos.

Le pont de la vierge

Ce pont en pierre est du XIVème siècle, il permettait aux pèlerins en route vers Saint Jacques de Compostelle de franchir la nivelle.

Régulièrement détruit par les crues,une rumeur dit que les villageois décidèrent de le mettre sous la protection de la Vierge.

Textes inspiré de ce site.


Le château

Le château de Saint-Pée-Sur-Nivelle fut détruit à plusieurs reprises, pendant des guerres et la révolution française.

En 1609, le juge Pierre De Lancre est envoyé par Henri IV en lui donnant tous les pouvoirs afin d’arrêter, de juger, de condamner et de brûler près de 600 basques prétendus sorciers (des femmes et des enfants mais aussi des prêtres).

Cette terreur dura environ trois mois, emportant avec elle de nombreux morts.

Mais celle-ci s’arrêta lorsqu’il vint à Saint Jean De Luz, une violent révolte de milliers de marins en retour de leur saison de pêche à la morue l’obligea à rentrer à Bordeaux.

Le texte ci-dessus est un résumé de recherches sur internet, dont ce site.


Le lavoir

Le lavoir de Legarreta a été construit entre 1846 et 1855 grâce au chevalier Larralde et fut restauré en 2005.

Il était un haut lieu de sociabilisation féminine.